Les signes du Temps

« Si la jeunesse est la plus belle des fleurs, la vieillesse est le plus savoureux des fruits» – Anne-Sophie Swetchine.

Alors que le temps passe et que nous constatons parfois avec grande surprise qu’il nous a dérobé des instants de vie, une nostalgie s’installe en nous. Une nostalgie qui devient souvent mélodramatique nous envahi, et l’on se dit accompagné d’un grand soupir « Comme je vieillis!». Cette phrase je la dis souvent et plutôt avec une pointe d’humour en regardant ma petite sœur qui est un miroir vivant de la vitesse à laquelle passe le temps. Néanmoins, bien que ce constat je le fasse avec humour, le constat de la vieillesse que fait la société est loin d’en être si drôle. Il y a aujourd’hui un vrai tumulte sur la vieillesse, qui contribue à faire de ce mot un ennemi. Pour nombres de personnes aujourd’hui, et surtout pour nous les femmes, vieillir est un mot que l’on aimerait proscrire du vocabulaire. À voir les tumultes médiatiques qui s’acharnent sur les signes de ce moment de vie, tout porte à croire qu’il s’agit d’une maladie. Et pourtant il n’en est rien!

«Vieillir, si l’on sait, ce n’est pas tout ce qu’on croit. Ce n’est pas du tout diminuer, mais grandir», disait Marcel Jouhandeau. Et il avait raison. Vieillir c’est une étape naturelle dans la vie de chacun être, c’est évoluer et avoir d’années en années une vision et une compréhension plus large du monde et des hommes qui nous entourent. Vieillir c’est grandir au point où aujourd’hui en se repassant avec nostalgie les temps forts de notre vie l’on puisse se dire que nous avons bien évolué, que nous avons changé. Vieillir à ses charmes, et à mon sens un de ses plus beaux charmes est de pouvoir repasser nos souvenirs d’enfants et de pouvoir se dire que nous sommes fiers de l’adulte que l’on devient à mesure du temps. Pouvoir se rappeler les épreuves de nos vies et de se dire qu’aujourd’hui qu’on a grandi, qu’on s’est amélioré et que tout comme le bon vin on s’est bonifié avec le temps. Alors, pourquoi malgré ce charme inhérent à ce moment de vie qui on le sait est inéluctable, joue-t-on encore à l’amnésie sélective? Pourquoi menons-nous une lutte acharnée à cette évolution tant physiologique que psychologique?

La crainte de l’avenir y joue un rôle crucial. La crainte de ne pas être à la hauteur, d’avoir des regrets, la crainte de ne pas s’accomplir ou la crainte de perdre sa beauté et son charme avec le temps, la crainte que nos pires cauchemars se matérialisent. L’avenir fait peur c’est certain et les inquiétudes sont parties intégrantes de l’être humain. Mais c’est aussi cela Grandir. Grandir c’est accepter de ne pouvoir tout dénouer et de savoir que la vie est un livre que l’on écrit au quotidien sans trop savoir où la prose nous mènera, mais avec la certitude que le suspens qu’elle sous-tend ne peut être qu’une leçon de plus qui viendra s’ajouter à notre arc. Pour ce qui est de la crainte de la réalisation de soi, elle nous anime tous et l’on a peur de se réveiller un matin et de se rendre compte que l’on est un parfait looser. Ceci dit, bien que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre de la vie, j’ai appris qu’il fallait évoluer un pas à la fois. Chacun va à son rythme, chacun à sa destinée et il ne sert à rien de se comparer à autrui en ce sens, sinon à nous rendre malheureux. Enfin, la crainte eu égard à la beauté et au charme. Cette crainte est davantage éveillée à ce jour, vu que nous vivons dans une société où l’apparence domine. Ainsi, les femmes tout comme les hommes luttent comme les signes de la vieillesse que sont les rides ou les cheveux blancs. Chirurgie esthétique, bottox et bien d’autre remède vise à évincer toute expression de ses signes. Peut-être ai-je l’âme un peu trop poétique, mais je trouve chers lecteurs et lectrices que ces rides ou cheveux blancs qui s’insèrent malgré nous et à travers le temps sur notre enveloppe corporelle sont des marques qui racontent à leur façon notre histoire. Ce sont des marques qui racontent notre expérience. C’est d’ailleurs pour cela que j’aime beaucoup cette citation de Maryse Vaillant : «Vieux signe qui a vécu et qui en porte toute la richesse. Pourquoi ne pas dire que les rides sont belles? Elles racontent l’histoire d’une vie, elles sont des marques de joies et de blessures; elles sont incarnées. Quoi de plus triste qu’un visage de cire, lisse, sans expression ni histoire? L’humanité a heureusement acquis de plus belles qualités que le paraître. Disons-le aux enfants

vieillir1

Enfin, je dirai que bien qu’armés de craintes nous demeurerons, il ne faut avoir peur de grandir, il ne faut avoir peur vieillir. Vieillir n’est pas forcément synonyme de sénile, et n’est encore moins péjoratif. On peut grandir (donc vieillir) tout en restant jeune, si l’on comprend les belles charades qui se dissimulent derrière les mots Vieillir et Jeunesse.

«Vieillir c’est organiser sa jeunesse au fil des ans» – Paul Éluard.

Signé J-M!

Advertisements

4 thoughts on “Les signes du Temps

  1. très bel article , en effet les rides sont les marques de notre vie ! 🙂 tu écris super bien en plus . bonne continuation ❤

  2. L’une de mes préférées « Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait. », Henri Estienne
    Très beau Josée !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s