La lettre de Mory

Il y a des cris de coeur qui n’ont de portée qu’à travers l’univers des mots.
Il y a des cris du coeur dont les maux n’ont d’écho que dans les mots.
Des profondeurs subliminales de son vécu, il a voulu faire de cette lettre ouverte (fictive) un pamphlet contre des maux dont la résonance demeure sourde.

Lui, c’est Mory. Un enfant, un fils du quartier de Boribana. Ce quartier qui a été le témoin de son premier souffle semblait pourtant vouloir le condamner dès lors, vu le sens de Boribana, qui est “la course est fini” en malinké. Malgré cette essence déterministe, Mory, du haut de ses 21 ans, a décidé de refuser la fatalité. Il a décidé de se lever et de montrer du doigt, sans vergogne, des maux fatalistes et en réalité leur génitrice.
Me voici donc messagère de sa lettre:

“Bonjour,
Je m’appelle Mory, kèlècèfarin pour les intimes. Je sais, surnom bizarre. Mais je le porte bien. Il représente bien ma force. Je sais pas qui lira mes mots, mais je m’excuse des fautes. Je cherche pas des excuses mais la grammaire n’a pas toujours été au rendez-vous quand y avait cours et puis le nouchi était ma langue officielle, donc me jugez pas trop.
Bon pour ceux qui connaissent pas Boribana, autant vous dire que si vous êtes des mouilleurs, vous allez pas tenir ici. Nous on est des battants! Y a pas l’homme comme on dit. Comprenez mon surnom. On est des héros mais dans le silence. La galère wallaye c’est pas facile, et comme beaucoup de jeunes, on aimerait un jour nous aussi faire partie des puissants môgô du pays. J’ai eu la chance de rencontrer un grand type qui a aimé ma tête et m’a pris comme son bon petit. Donc Dieu merci j’ai pas mal tourné et je gère une petite boutique pour lui. Je peux aider ma pauvre maman et mes petits frères à aller à l’école comme ça. Mais vous voyez, Momo n’a pas eu cette opportunité. Il n’a pas eu ma chance et comme beaucoup de jeunes, il a la folie des grandeurs. Du coup il a décidé de brouter pour avoir une belle voiture, de jolis habits, faire les champagnes en boîte pour impressionner les gos…et puis j’oubliais, pour qu’on chante aussi son nom dans les chansons. C’est pas bien, je suis pas d’accord avec ça mais yafoy, c’est son choix. Il a connu trop la galère depuis qu’il a perdu ses parents, et comme il maîtrise ordinateur même s’il n’est pas allé loin à l’école, c’est ce qu’il fait. C’est mauvais! Mais est-ce que je peux le juger? La réalité ici wallaye, c’est chaud. Tu manges pas toujours à ta faim, et si tu n’as pas les bonnes personnes autour de toi, tu peux mal tourner et faire les mauvais choix. Il fait ça avec Amie, qui sort aussi avec des tontons pour aider sa famille. Elle science pas. Elle est intelligente, mais elle n’a pas eu la même opportunité que moi. C’est pas facile vraiment. Quand y a pas les bonnes personnes autour, la phrase qui dit que le chemin qui mène en enfer est pavé de bonnes intentions devient vraie. Mais vous savez, mes amis ne sont pas les seuls. Il y a d’autres aussi qui ont vraiment bara à l’école, ils ont fini avec diplômes mais ils n’ont pas travail. Donc, ils sont dans les goumins et le yaya, si personne ne fait rien pour les aider comme avec moi. Pourtant, ce sont bien des héros en silence! La vie est notre combat quotidien et c’est au nom des enfants nés dans la galère mais qui ne doivent pas y être condamnés, que j’écris ces mots. C’est au nom de ces fils et filles qui doivent continuer la course, même si à leur naissance ont leur a dit qu’elle était finie, que j’écris ces mots. C’est pour eux, c’est pour toute une génération que je me fais leur porte-parole.”

Petites traductions

Kèlècèfarin: guerrier (en malinké)
Mouilleurs: peureux
Puissants môgô (synonyme de grands types): personnes ayant un statut social élevé et une position d’influence
Brouter: cybercriminalité
Yafoy: il n’y a rien, c’est correct
Elle ne science pas: elle ne se rend pas compte de la gravité de ce qu’elle fait
Bara: travailler
Goumins: les problèmes
Yaya: mener une vie de luxure

Signé JM!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s