L’Ombre de Goliath

–          Toc, Toc, Toc

–          Qui est là ?

–          ….  

Le silence fut la seule réponse à mon interrogation.
Étrange vous devez penser ! Eh bien, c’est ce que je pensais également, et j’étais loin d’imaginer que c’était par ce scénario des plus déconcertants que tout allait commencer. C’était par cet étrange scénario que les prémisses d’une lutte insidieuse avaient laissé ses semences.

–          Toc, Toc, Toc

–          Qui va là ?

–          ….

Un deuxième retentissement. Un silence glacial. Des questions qui s’entrechoquent dans mon esprit.

J’aurais dû me douter de ce qui se préparait. J’aurais dû me rappeler que c’était sa stratégie. Mais j’avais baissé la garde à tort et mon esprit ne se préoccupait à présent que de ce silence et de cette porte qui était complice d’une ruse que je voulais démasquer. J’aurai dû me rendre compte de ce piège surnois, hélas ma naïveté l’avait emporté. Et je risquais de payer cher le poids de mon égarement.

Continuer de vaquer à mes occupations étant devenu une mission impossible, je ne pouvais défaire mon regard de cette porte. Telle une obsession indomptable, elle guida mes pas à prendre position face à cette porte compère, guettant le moindre mouvement. C’est dans cet élan de gendarme qu’au bout de quelques minutes, je le vis ! Du moins, je la vis…
Grande, imposante, à l’allure oppressante, elle avait tout pour intimider. Ses mouvements lourds clamaient sa férocité et sa respiration étouffée mais haletante revendiquait sa haine.
Qui était-ce donc, vous devez vous demander? Eh bien, j’espérais que le troisième retentissement que j’attendais hâtivement me révélerait l’identité cachée de cette silhouette ombrée.

–          Toc, Toc, Toc

–          Qui est là ?

–        Tu sais bien qui je suis ! ” Rétorqua d’une voix grave et agacée l’ombre imposante derrière la porte.

Cette réponse n’était pas celle que j’attendais, et était d’ailleurs encore plus déconcertante. Cette ombre avait beau affirmer que je la connaissais, le son de cette voix n’éveillait en moi aucuns souvenirs. Je tordis dans tous les sens mes souvenirs, mais cette voix, au souffle empreint de haine ne me rappelait rien.

–          Je ne te connais pas! Qui es-tu?

–          Arrête ce petit jeu et laisse-moi entrer!

–         Pourquoi donc te laisserai-je entrer si je ne te connais pas?

–         Eh bien parce que tu l’as toujours fait, voilà tout! Ouvre donc qu’on en finisse!

Je dois l’avouer un mélange agaçant de peur, de confusion et de nervosité m’animait à ce moment! J’aurai dû être plus vigilante, mais c’était à présent trop tard. J’avais laissé entrer ces semences insidieuses et je commençais à sentir ses effets.

Les idées se mêlaient, s’entremêlaient et s’entrechoquaient dans mon esprit. Je ne voyais toujours pas son identité. Qui était-ce? Sa voix ne m’était pas familière, sa silhouette encore moins. Pourtant, cette personne clamait une place qui lui était due chez moi.

Les heures défilèrent et mes idées suivaient la cadence. Tout cela semblait surréaliste. Je n’avais qu’une envie, celle de réaliser que c’était un rêve, mais en ce jour la réalité voulait se jouer de moi.

Les heures defilèrent, mes idées pleurèrent, et là se fît le déclic!

En effet, je connaissais cette ombre, cette silhouette, cette voix. Oui, je connaissais ce pattern, mais j’avais oublié de m’en défaire à notre dernière altercation. Oui, je connaissais la chanson, mais je ne m’étais pas départie du disque. Je l’avais laissé rentrer à maintes reprises mais aujourd’hui, c’est le glas de cette liaison empoisonnée. C’était Goliath! Goliath des temps modernes qui s’armait de la peur, de l’intimidation et du mensonge, pour me déstabiliser et semer le trouble chez moi.

–          Toc, Toc, Toc

–          Va-t-en, je ne t’ouvrirai plus !

–          Ouvre !  repris Goliath d’un ton encore plus grave.

–          Non, je ne t’ouvrirai plus ! Va-t-en pour de bon, je te crains plus, je n’ai plus peur.

–          Ah oui ? Je te signale que tu es peureuse, minable, sans avenir! Tu ferais mieux d’ouvrir la porte! N’oublie pas que tu n’es qu’une incapable. Les autres te diront aussi la même chose et même pire. Ouvre-moi, comme tu l’as toujours fait.

–   C’est fini! Tu restes dehors et tu t’en vas. Je te le répète, je n’ai plus peur, je ne te crains plus….et j’oubliais, je sais que j’ai de la valeur!

Ce dialogue dégageait un stress et une tension palpable. Néanmoins, à chacune de mes paroles, l’ombre de Goliath rétrécissait. Il rétrécit au point de ne devenir qu’une tâche minuscule perdue dans les rayons du soleil sous la porte. J’étais enfin débarrassée de Goliath et de tout ce qu’il représentait pour moi: la peur, l’intimidation, les mensonges. J’avais baissé ma garde, mais en l’affrontant pour de bon, cette chaîne qui me tenait depuis trop longtemps captive a été rompue. Si cette ombre tape également à ta porte et si ce scénario t’es familier, tu sais maintenant quoi faire!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s