Let Go, Let God…

“Or, ceux qui appartiennent à Jésus-Christ ont crucifié l’homme livré à lui-même avec ses passions et ses désirs.” – Galates 5:24

Lâcher Prise,
Deux mots qui semblent si simple et pourtant, il est parfois si difficile de le faire.

Lâcher Prise,

Deux mots qui sont au diapason avec la docilité mais qui génèrent plus souvent de l’obstination.

Lâcher Prise…que veulent dire ces deux mots pour vous?

Pour avoir été longtemps membre de la catégorie “control freak“, je suis tout à fait consciente de la douleur que peut insuffler la matérialisation de ces deux mots. Lâcher Prise s’avère être inéluctablement une forme de brisement.

Ceci dit, derrière cette douleur qui s’attaque frontalement à ce qui devient à mesure du temps un trait de caractère, se cache une vertu salvatrice. En réalité, il n’y a aucun diplôme que l’on puisse tirer de l’entêtement et de l’illusion du contrôle, si ce n’est celui de la frustration!

Ainsi, face aux situations de vos vies, j’aimerais vous demander vers qui vous vous tournez? Vous vous tournez vers vos propres forces ou vers Dieu?

De par notre nature rationnelle, nous voulons tout contrôler. Nous désirons que tous les paramètres de notre vie se déroulent selon nos désirs, et nos ambitions. Aussitôt pensé, aussitôt réalisé! Sauf que, bien souvent également les choses ne se passent pas comme telles. Et c’est là le début du tourment. On s’obstine, on n’en fait qu’à notre tête, et on oublie qu’en réalité “le coeur de l’homme forme des projets, mais c’est le dessein de l’Eternel qui s’accomplit” (proverbes 19:21). Pire, nous pouvons prendre sur le coup de cette impulsivité situationnelle des décisions qui ne sont pas les meilleures. Et quand il en vient à assumer les conséquences de ces choix, nous commençons à accuser Dieu, alors que nous n’avons pas lâcher prise.

Pour illustrer ce propos, j’aimerais vous partager un témoignage personnel, qui illustre bien mon obstination brisée. Alors que j’avais la conviction de poursuivre mes études au doctorat, je dois avouer qu’il apparaissait “rationnellement logique” pour moi que ce doctorat se ferait dans le même domaine que mon bachelor et ma Msc., soit le marketing. Logique…avais-je pensé! Je m’étais appuyée sur ma propre intelligence, sans demander à Celui-là même qui m’avait mis à coeur que le doctorat était ma voie. Ainsi, ma propre intelligence m’a rendue aveugle face aux signes que le Seigneur me donnait. Et ce n’est pas faute de tentatives de recadrage!

J’ai fait un songe me donnant l’issue négative de mon application en marketing, j’ai reçu des paroles me localisant sur un autre territoire, j’ai même essuyé le désistement d’un enseignant qui à la dernière minute a préféré se consacrer à ses recherches plutôt qu’à celles d’étudiants doctorants. Ces exemples ne sont que quelques signes parmi plusieurs, et pourtant mes oreilles étaient fermées et mes yeux aveuglés.

Obstinée, je l’étais indéniablement. Et cette obstination a laissé place à une forme d’orgueil. Suite au désistement de l’enseignant, ce dernier m’avait suggéré de postuler ailleurs, à l’étranger, en autre chose. C’était un tel brisement que je dois avouer que ses paroles raisonnaient en moi comme un lot de consolation. Mais le Seigneur étant si bon, me mit à coeur que tout ceci, ce refus, me conduirait dans Sa perfection. J’avais à ce moment confondu Sa perfection avec ma propre conception de la perfection pour moi. La perfection de Dieu n’a rien avoir avec la mienne, mais cela, je ne l’avais pas encore réalisé…

Vous voyez comment ne pas lâcher prise peut nous embourber dans la marre du faux?

Il me fallut donc un ultime brisement pour que je réalise que le marketing n’était pas le domaine vers lequel je devais me spécialiser, et que le puzzle duquel j’étais aveuglé prenne tout son sens sous mes yeux. Ce brisement ultime a été mon refus dans le programme de marketing, qui plus est ne me permettait pas de postuler dans une autre université de l’île de Montréal. Il a fallu ce brisement pour que je lâche prise et que je comprenne que mon obstination allait me faire passer 4 ans de ma vie dans un chemin qui ne faisait pas partie des plans de Dieu pour ma vie. Ce brisement m’a fait comprendre le chemin où Dieu me voulait pour le doctorat, et aujourd’hui, c’est le chemin que je m’attèle à suivre en lâchant prise.

Lâcher prise, c’est sortir d’une zone de confort inavouée dans laquelle on se complait. Lâcher Prise, c’est faire le choix de la Foi et de la Confiance en Dieu, même lorsqu’on ne sait pas ce que l’avenir présage. Lâcher prise, c’est mourir à soi, à ses ambitions, pour embrasser pleinement sa volonté.

Aujourd’hui, si vous désirez vivre une vie d’impact obéissant pleinement à la volonté de Dieu, n’ayez pas peur, lâchez prise!

Let Go, Let God!


“Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.” – Matthieu 11:28-30

Signé J-M!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s