L’antichambre de Sa Gloire

« L’Eternel dit à Josué: Aujourd’hui, je commencerai à t’élever aux yeux de tout Israël, afin qu’ils sachent que je serai avec toi comme j’ai été avec Moïse.»Josué 3:7

 

Et si on parlait un peu des icebergs?

Les icebergs comme vous le savez sont trompeurs en ce sens que l’on ne perçoit qu’une infime partie visible, alors qu’il se cache plus en profondeur une masse solide qui la soutient.

D’ailleurs, dans notre vie quotidienne, savez-vous qu’il existe des icebergs?

Eh bien certaines circonstances sont semblables à des icebergs. Le succès, que l’on vit ou qu’autrui vit, est vraisemblablement une forme iceberg. Il est la pointe visible l’on perçoit car il scintille, séduit et inspire. Il est celui qui reçoit les éloges et ses étincelles rendent bien souvent myopes. Pourtant, derrière cet éclat se cache toute une histoire. Une histoire sans laquelle le succès perd sa substance. Cette histoire est une forme d’antichambre au diapason avec la Foi. C’est pourquoi aujourd’hui, alors que ma main se hâte de vous conter ma magnifique expérience du Salon du Livre Paris 2017, je la tempère, et je cède la place au témoignage de l’antichambre de la Gloire de Dieu dans ma vie.

Alors que les feux des projecteurs ont été braqués sur cette opportunité, je les braque à présent sur une journée de l’été 2016 qui semblait être une journée comme une autre. C’était une journée tranquille, ponctuée par un rendez-vous au Plateau (centre d’affaires d’Abidjan) avec une de mes amies et partenaire. Le soleil était au zénith et nous venions de revivre les émotions mitigées relatives à l’administration ivoirienne. Alors que nous devions séparer nos chemins devant l’INSAAC (l’institut national supérieur des arts et de l’action culturelle) pour qu’elle cherche un professeur de dessin, et que je vaque à mes autres occupations, le plan changea à la dernière minute. Landry, notre sympathique chauffeur de famille, qui devait m’y attendre n’y était pas. Non seulement il n’y était pas, mais il ne répondait pas à mes nombreux coups de fil. Son absence a été l’élément déclencheur de connexions divines que je n’aurais pu imaginer…

J’accompagnai donc mon amie à l’INSAAC en quête d’un contact. C’est d’ailleurs après plusieurs confusions au sein de l’établissement que nous avons finalement trouvé la personne à qui s’adresser. La première connexion divine! Il s’agissait de la secrétaire de la directrice des Beaux-Arts. Une dame très agréable, dont la curiosité nous a mené vers mes deux autres connexions divines. Comme elle sentait dans nos accents des teintes occidentales, elle nous demanda dans quel pays nous étudions. À peine avions-nous répondu qu’elle décida avec entrain et gaieté de nous présenter à la directrice de l’école des Beaux-Arts. C’était pour nous une grande joie, et c’est dans le bureau de madame la directrice que je rencontrai le directeur du livre du ministère de la culture.

Cet épisode est si crucial dans mon témoignage car c’est ce monsieur, le directeur du livre du ministère de la culture, qui m’invita au Salon du Livre Paris 2017. Je l’avais invité suite à cette rencontre à la présentation aux médias de mon livre ainsi qu’à ma dédicace, mais des mois s’étaient écoulés depuis lors, jusqu’à ce que je reçoive son mail concernant le Salon du Livre. Ce mail était une réelle bénédiction. La veille, une porte s’était fermée sur une opportunité de donner des cours de leadership à des jeunes à Thiès. Et le lendemain, le Seigneur avait ouvert celle du Salon du Livre Paris 2017. Mon premier salon du livre en tant qu’auteure. Cette porte, c’est indéniablement la main de Dieu qui l’a ouverte car parmi tous les talentueux auteurs du pays, dont certains ont des prix de reconnaissance et une expérience plus marquée, il a voulu que je fasse partie de la délégation qui représenterait le pays. Une réelle grâce, qui continue de me donner des frissons alors que mes mains dressent sur cette feuille ces quelques lignes.

Je pourrais m’arrêter là, mais ce serait manquer de vous raconter la partie la plus palpitante de l’antichambre. Alors qu’avec enthousiasme j’ai dit oui à cette opportunité, il faut que je vous dise que le voyage allait être à mes frais. J’allais recevoir des perdiams ensuite, mais tout le voyage était à mes frais. Hum…et comment était donc mon compte bancaire ?! J’étais au Nicaragua lorsque je reçu son mail. Un voyage qui avait été effectué sur mes fonds propres également. Vous pouvez donc imaginer qu’à cet instant t, mon compte ne ressemblait pas beaucoup à celui de Bill Gates. Néanmoins, je restais dans la Foi.

HEC Montréal, l’établissement dont j’ai gradué m’avait envoyé un mail pour me dire qu’ils avaient analysé mon dossier scolaire et qu’ils me donneraient une bourse de fin d’études pour la fin de ma maîtrise en raison de mes résultats et du fait que j’ai fini plus tôt que la durée normale. Quelle bénédiction, je ne pouvais que louer le nom de Dieu! Cette question était réglée…enfin, c’est ce que je croyais. Lorsque le chèque fut envoyé chez moi, j’étais encore au Nicaragua, alors c’est ma mère qui le réceptionna, parmi d’autres courriers. Par inadvertance, dans ce flot de courriers, elle le prit parmi ceux qu’elle emporta avec elle à Abidjan. Il ne me restait qu’une semaine, et cette péripétie me donnait la même adrénaline que celle qui nous anime lorsqu’on regarde un film d’action. Elle me fit un DHL d’urgence, que je réceptionnai non sans autre dose d’adrénaline. Quand je compris que mon interphone avait décidé de ne pas laisser entrer le facteur, je pris l’ascenseur en trombe pour le rattraper, alors qu’il sortait de l’immeuble. Cette question était enfin réglée…du moins pour ce qui était du chèque! Un oncle entreprit gentiment de m’aider financièrement pour le voyage. Je n’en revenais pas, et je bénissais Dieu qui venait de pourvoir de nouveau, car les prix des billets étaient passés du simple au double, entre le moment où je les regardais et celui où je les ai achetés. Cet argent allait me servir pour les dépenses courantes d’alimentation et de transport. Ceci dit, lorsque j’allai au money gram la caissière me fit un chèque au lieu de me donner des espèces. Ainsi, à la banque, la dame qui me reçut au comptoir me dit qu’elle devrait geler le chèque pour une semaine…sauf que l’on était à la veille du départ. Son verbiage me rendait si confuse et perplexe que je décidai de revoir dans un autre money gram s’il y avait une possibilité d’avoir des espèces. La réponse était négative. Je retournai donc à la banque et Dieu permis qu’une autre dame me reçoive. Elle avait entendu partiellement ma conversation avec sa collègue, et me proposa sans sourciller de ne pas geler le compte et même de me donner les fonds en espèces pour éviter les frais associés au retrait dans un guichet étranger. Le Seigneur était au contrôle! Une autre forme d’adrénaline venait de retomber.

Concernant le Salon du Livre même, j’avais besoin d’une accréditation et d’un badge attestant que je fais partie des professionnels du livre. Pour cela, j’avais besoin d’un papier de l’association des écrivains de Côte d’Ivoire. Lorsque je reçu le papier et lançai la procédure de l’accréditation, j’eus pour réponse que je ne saurais leur verdict que dans les prochains jours. Nous étions au début de la semaine du départ. J’étais encore sur le fil, mais à ce stade-ci je refusais de paniquer. Je me résolus à marcher par la foi, même si les circonstances ne semblaient pas parler en ma faveur. Cette même journée, je reçus leur réponse favorable, ainsi que mon e-badge de professionnelle. Une autre grâce qui me montrait la présence de la main de Dieu dans ce voyage.

Derrière l’iceberg de ma participation au Salon du Livre Paris 2017, se cachait ce témoignage, cette histoire au diapason avec la Foi et la persévérance. Ce n’était pas une question de chance, mais il était question de la Gloire de Dieu! Tout ce par quoi l’on passe, toutes ces vagues qui se lèvent contre nous, ne sont que des occasions pour révéler au monde la Gloire du Dieu vivant que l’on sert. Aujourd’hui, alors que vous lisez ce texte, rappelez-vous tout simplement que la Foi est un trésor dans l’épreuve et qu’elle n’échoue jamais.

Signé J-M!

 

 

Advertisements

One thought on “L’antichambre de Sa Gloire

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s