Racheter le temps!

 

« Hier est passé, demain est incertain, mais aujourd’hui est le cadeau que Dieu nous donne » – Patrice Martorano

Si aujourd’hui était le premier jour du reste de votre vie, comment vivriez-vous ?

Le temps…alors qu’il est omniprésent dans notre existence, il est toujours surprenant de réaliser à quel point il s’écoule et façonne chaque étape de nos vies. Il y a quelques semaines de cela, deux amies et moi sommes rentrées dans un autre univers temporel, à travers une expérience de bénévolat dans une maison de personnes âgées. C’était un autre monde, une autre cadence, où le temps ne semblait avoir la même valeur. Je savais intérieurement que ce moment serait touchant, que j’en sortirais avec un regard différent sur l’humanité et la vie. Je savais que ce serait une expérience qui me marquerait de manière indélébile. Alors qu’aujourd’hui je me sens nostalgique de cet après-midi, je prends le temps de vous écrire ces quelques lignes afin de vous partager les petites leçons qui se sont tranquillement greffées en moi.

Côtoyer des personnes âgées m’a fait réaliser de manière poignante le privilège que nous avons de vivre, d’aimer et d’être aimés. Étant jeunes, on a tendance à croire que notre jeunesse est éternelle, que l’accumulation des biens matériels et la gloire personnelle sont essentiels. Sauf qu’en réalité, tout ceci n’est que vanité! On ne réalise pas toujours la valeur du temps, la valeur de nos relations humaines, mais lorsque le temps passe, certaines réalités se heurtent à nous en résonnant comme des cymbales. Pour vous parler de ses réalités, laissez-moi dresser le portrait de nos belles rencontres.

La première dame que nous avons rencontré à l’entrée de la maison était fort sympathique. Nous avons parlé de tout et du rien, du temps un peu bipolaire, de sa province d’origine Nova-Scotia, puis elle nous expliqua les raisons de sa venue dans cette maison spécialisée. Elle était de nature très calme, mais semblait être une femme de caractère, avec qui il ne faut surtout pas badiner. Lorsque nous lui avons demandé si elle avait des amis dans le centre et si elle recevait quelques visites, sa réponse nous attrista. Elle était seule…

La deuxième dame que nous avons rencontrée avait 85 ans. Elle était certes âgée, mais sa beauté continuait de scintiller derrières les signes du temps qui marquaient son corps. Elle était si pétillante, vive d’esprit et courageuse, qu’on aurait voulu l’écouter jusqu’au soir. Elle avait vécu la Seconde Guerre mondiale en Allemagne, et sa mémoire ne lui faisait pas défaut. Elle avait été témoin et victime de cette époque que nous avions étudié avec acharnement pour le baccalauréat français. Elle avait connu le fameux Adolf Hitler. C’était assez fascinant! Elle avait ensuite travaillé près de 54 ans comme fonctionnaire au Canada, elle a été mariée, mais elle se retrouvait à présent dans une maison de retraite, seule…

La troisième dame que nous avons rencontrée avait à peu près le même âge. Elle avait un sens de l’humour inoubliable. Chaque instant de cette visite était empreint d’une touche burlesque. Néanmoins, sa mémoire lui jouait par moment des tours. Elle venait d’Angleterre, avec également de beaux souvenirs londoniens, mais elle se retrouvait également à présent dans une maison de retraite, seule…

La solitude, voici ce qui m’a frappé dès que nous sommes arrivées dans ce centre. Ces personnes rencontrées avaient des parcours et des carrières forts intéressants, elles avaient vécu des expériences faisant d’elles de réels modèles, mais il semblait qu’avec le temps, la chaleur humaine environnante s’était dissipée. Chacune d’elles n’a cessé de nous combler de bénédictions pour notre écoute et notre présence, car malheureusement elles ne reçoivent que très peu de visites de leurs familles et de leurs amis. Cela m’a beaucoup touché, et m’a fait réaliser à quel point les relations humaines sont importantes! On aura beau avoir tout l’or du monde, si nous n’avons pas de bons liens avec nos proches, si n’avons pas d’amis véritables, de personnes qui nous aiment authentiquement et que nous aimons, un trou béant se créé. En fait, en discutant avec ces charmantes « mamies », j’ai compris que le vrai baromètre du bonheur c’est l’Amour!

En les regardant, c’était poignant d’imaginer qu’elles aussi avaient eu 22 ans. Hier encore, pourraient-elles dire, elles avaient 22 ans. Mais hier représente aujourd’hui près de 63 ans qui se sont écoulées. Ce constat m’a fait réaliser avec une plus grande force que le temps passe vite. Il défile, sans manquer de nous rappeler que la vie que nous avons est un privilège. Un privilège à vivre pleinement. La première « mamie » rencontrée nous disait d’ailleurs qu’elle profite de chaque instant, jusqu’à ce que Dieu la rappelle à ces côtés. Elle nous a dit que tant qu’elle est en vie, elle ne manquera jamais de se battre, de faire preuve de courage et de résilience.

À notre âge, ce genre de rencontres est si enrichissant. Elles nous rappellent que parce que demain, nous serons comme elles, des bibliothèques vivantes, portant le poids du temps à tous égards, nous ne devons pas vivre de manière banale, mais drainés par la vision que Dieu nous donne. Nous devons cultiver les relations, aimer et manifester par des actions notre amour a nos proches. Ne nous attardons pas sur les futilités, mais vivons dès à présent la vie que Dieu a prévu pour nous!

Signé J-M!

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s